Connexion
 
Revenir

Max Milan

Max Milan est né en 1974, en France. Il est docteur ès lettres de la faculté de la Sorbonne et enseigne aujourd’hui à Paris. Il a beaucoup voyagé en Asie du Sud-Est et en Russie. Max Milan est un lecteur acharné, il aime Blaise Pascal, Stendhal, Proust, Man, Musil, Hardy, Borgès et Dostoïevski mais encore Hofmann, Poe et Ellroy… Le cinéma a aussi beaucoup d’influence sur sa vision artistique, en particulier l’expressionnisme, le cinéma noir des années 40 et 50 et l’esthétique de Kubrick. Il conçoit ses thrillers comme un champ d’expérimentation où il est question de l’homme et de ses comportements, en particulier lorsqu’il est impliqué dans des situations limites. Pour lui, l’écriture est un instrument pour sonder l’inconscient et l’âme humaine. Ce roman, « La petite maison dans la forêt », ne prétend pas décrire une réalité actuelle, et ne se veut en rien une charge contre la Russie d’aujourd’hui. Il ne prétend pas non plus donner une image exacte des institutions psychiatriques. C’est une œuvre de fiction, nourrie d’imaginaire, et tendue vers l’élaboration d’une atmosphère fantastique.

Livre(s) en consultation :

la petite maison dans la forêt

Jacob est orphelin, il prépare sa thèse à la Sorbonne, et surtout il a un secret, celui qui se cache dans une petite maison perdue au milieu des arbres. Que s’est-il passé ? À Paris, à Saint-Pétersbourg, en Suisse et en Abkhazie, ce jeune mathématicien va poursuivre sans relâche un médecin croisé alors qu’il n’était qu’un enfant, et qui connaissait sa mère. Lorsqu’on est la proie de souvenirs cauchemardesques, on devient capable de tout. La chasse à l’homme est ouverte ! Un thriller psychologique haletant, au style tranchant comme le froid des hivers russes, où le plus fou n’est peut-être pas celui qu’on croit.

Presse écrite :

Un professeur dévoile son imagination en roman (Ouest France - mardi 3 mars 2009)