Connexion
 
Revenir

André De Lipski

Livre(s) en consultation :

La Passion de servir

Le titre La Passion de servir exprime bien l’état d’esprit de l’auteur au cours de sa carrière militaire. En 1944, il participe à la libération de la France en débarquant en Provence avec les premières unités de l’Armée. Il est grièvement blessé dès le premier engagement, en menant son unité à l’assaut d’une barricade sur la route de Toulon qui empêchait la progression de nos blindés vers cette ville. Hospitalisé, il ne participe pas à la victoire finale. Ce n’est qu’en 1946 qu’il réintègre l’Armée après avoir surmonté les séquelles de sa blessure et les difficultés administratives décrites dans ce livre. L’auteur raconte aussi les souvenirs d’une enfance passée en Russie soviétique auprès de sa grand-mère jusqu’à l'âge de onze ans. Puis il se souvient de son voyage fantastique et solitaire de Moscou à Paris pour rejoindre ses parents, et enfin de sa vie parisienne auprès de sa famille, notamment de son frère aîné auquel il consacre un chapitre. Ce récit fait suite au premier livre de l’auteur Souvenir d’un engagé volontaire 1936-1940, paru en 2005 aux éditions Thélès.

Salons :

79ème Après-Midi du Livre à Paris

Dédicaces :

Presse écrite :

'La Passion de servir' d'André de Lipski (39-45 Magazine - vendredi 1 octobre 2010)

"Le titre 'La Passion de servir' exprime bien l'état d'esprit de l'auteur au cours de sa carrière militaire. En 1944, il participe à la libération de la France en débarquant en Provence avec les premières unités de l'Armée. Il est grièvement blessé dès le premier engagement, en menant son unité à l'assaut d'une barricade sur la route de Toulon [...] Ce n'est qu'en 1946 qu'il réintègre l'Armée après avoir surmonté les séquelles de sa blessure et les difficultés administratives (...)"

 

La Passion de servir (La Cohorte - dimanche 1 août 2010)

"Voici le récit d'une vie particulière et intense depuis une enfance passée en Russie soviétique au coeur d'une vieille tradition, les péripéties du voyage qui lui ferra rejoindre ses parents réfugiés en France et l'engagement dans le pays qui l'a accueilli (...)"